Nouvelles

Info-Brio

Récoltez la main d’œuvre en toutes saisons!

8 avril 2015

SAVIEZ-VOUS QUE…

  • Plus de 200 000 personnes travaillent moins de 40 semaines par année au Québec en raison de leur métier saisonnier
  • 1 employé sur 10 est un travailleur saisonnier dans les provinces de l’Atlantique et  40 % de la population active est au chômage en hiver aux Îles-de-la-Madeleine
  • 64 % des travailleurs saisonniers canadiens sont des hommes
  • 42 % des emplois d’été occupés par des jeunes de 15 à 24 ans sont issus du secteur touristique
  • 1/3 des demandeurs d’assurance-emploi canadiens sont des travailleurs saisonniers et plus de 40 % de ce nombre sont des Québécois
  • 3/4 des travailleurs saisonniers ne cherchent pas un travail annuel puisqu’ils aiment le métier qu’ils pratiquent

image emplois saisonniers

Que ce soit pour des raisons climatiques ou conjoncturelles, le marché de l’emploi doit s’adapter aux fluctuations des besoins en matière de main d’œuvre et cela passe entre autre, par le travail saisonnier.

En effet, pour diverses raisons, certains secteurs d’activités ne permettent pas une employabilité permanente tels que la construction, la fabrication, l’enseignement, la foresterie, l’agriculture, les pêcheries et le tourisme. Ainsi, souvent au printemps, plusieurs employeurs se mettent en mode recrutement pour embaucher des employés provisoires, du personnel souvent difficile à dénicher.

Voici quelques suggestions de mesures efficaces que devraient appliquer les employeurs à la recherche d’employés saisonniers.

 Choisir le bon moment!

Tout comme les gestionnaires planifient leur production et fixent d’avance leurs objectifs corporatifs, ils doivent anticiper les processus d’embauches à venir. Le temps des fêtes revient à chaque année au même moment et les périodes de d’achalandage aussi, selon les secteurs. Pourquoi attendre à la dernière minute?

Brio-Puce Commencez avant les autres pour bénéficier d’un plus large bassin de candidats.
Brio-Puce Amorcer le recrutement plusieurs mois à l’avance et n’oubliez pas que plus la région est éloignée, plus il faut s’u prendre tôt.
Brio-PuceÉtendez vos champs de recherche aux étudiants et aux retraités. Ces derniers peuvent chercher des sources additionnelles de revenus ou souhaiter trouver des activités intéressantes auxquelles s’adonner.

 Utiliser les technologies pour attirer des talents

Alors qu’elles devraient à tout le moins avoir une page Carrière sur leur site Web et être présentes sur les médias sociaux, la majorité des petites entreprises saisonnières ne semblent pas miser sur ces plateformes. Investir du temps pour bâtir ou mettre à jour ces outils de visibilité est donc une étape primordiale.

En effet, de nos jours, les médias sociaux et numériques constituent des véhicules incontournables pour porter les messages jusqu’aux candidats potentiels. Il ne faut pas hésiter à annoncer vos postes saisonniers sur votre site Web, Facebook, Linkedin et Twitter. En plus de découvrir votre compagnie et vos valeurs, votre public pourra ainsi transférer aisément l’information à d’autres personnes potentielles.

Afficher ses opportunités sur certains sites spécialisés en emplois peut également se révéler fort efficaces pour faire circuler une opportunité professionnelle.

Il est aussi à considérer que les nouvelles technologies facilitent les étapes qui suivent la publication de l’offre : consulter le CV à l’écran sans l’imprimer, échanger directement avec le candidat par courriel et même réaliser des entrevues à distance grâce entre autre à l’application Skype.

De leurs côtés, les journaux locaux, par leur distribution restreinte, ne sont pas toujours d’une grande utilité pour joindre l’ensemble des gens à travers le Québec mais représentent une alternative assez peu coûteuse.

 Identifier les grands potentiels

Même lorsque vous embauchez des employés saisonniers, pensez «long terme». Une personne qui offre un excellent rendement dans le cadre d’un emploi saisonnier a toutes les chances de démontrer ces mêmes aptitudes dans un contexte de poste permanent.

Ciblez aussi des employés qui ont le potentiel de bien s’adapter à votre type d’entreprise afin de maximiser les chances que ces personnes soient heureuses et qu’elles contribuent de manière positive au développement de l’organisation.

 Convaincre des candidats lointains

Une fois l’information arrivée à destination et le contact établi, il reste à convaincre les candidats les plus intéressants de faire le voyage pour venir travailler. Dans la plupart des cas, l’hébergement représente le principal frein, surtout qu’en période estivale, les locations sont souvent plus rares et plus dispendieuses. Il est alors intéressant d’accompagner les nouveaux employés pour les aider à dénicher un toit en faisant des démarches ou en leurs référant des contacts. Certains employeurs vont même jusqu’à acheter ou louer une maison pour héberger leur personnel saisonnier.

 Rédiger un bon contrat de travail

La rédaction d’un contrat de travail aide l’employeur et le salarié à bien définir les attentes respectives et est d’une grande importance, même en situation de travail saisonnier. Simple et concis, le contrat de travail, même s’il n’est pas obligatoire, permet d’éviter les malentendus. Pour que ce document soit un succès, les deux partis doivent s’entendent sur :

le salaire Brio-Puce
les tâches à accomplir Brio-Puce
Brio-Puce l’horaire de travail
Brio-Puce la durée du contrat
les vacances et les congés Brio-Puce
Brio-Puce toute clause particulière propre à l’emploi.

En tant qu’employeur, il est également important de savoir que malgré le caractère temporaire de l’emploi, tous les travailleurs saisonniers sont couverts par la Loi sur les normes du travail, qu’ils soient employés à temps plein ou partiel. Cela implique qu’ils ont droit, entre autres :

Brio-Puce à l’indemnité pour les jours fériés
Brio-Puce aux indemnités de vacances
Brio-Puce aux congés pour raisons familiales ou parentales.

Maintenant, la saison du recrutement est ouverte !

Sources:

Situations de vie au travail, Commission des normes du travail.
L’embauche de travailleurs saisonniers, L’oeil régional (source Randstad), 21 janvier 2012.
Attirer des travailleurs saisonniers en région, Conseils québécois des ressources humaines en tourisme, 5 février 2015.
Travailleurs saisonniers selon la province, Statistiques Canada.
La double vie des travailleurs saisonniers, par  Mélissa Guillemette, Jobboom, 5 juin 2013.

Abonnez-vous à nos alertes emplois

Alerte

Abonnez-vous à
notre info-brio!